Vietnam - Hanoi - Vélo

Durée du Séjour :

Nous sommes partis en mars 2015, pour un séjour d’un mois. Retrouvez notre itinéraire au Vietnam ici.

Formalité d’arrivée :

Nous avons utilisé ce site internet pour notre demande de visa : http://visatovietnam.org

Vous n’avez qu’à imprimer vos documents et le tour est joué.

L’attente au comptoir des visas d’Hanoï est anarchique mais rapide. Ayez vos documents et votre argent en main. Le visa est délivré en, plus ou moins, une demi-heure.

Conseil pour la préparation des bagages :

Sachez qu’il est préférable de prendre un sac à dos robuste plutôt qu’une valise roulante. L’état des routes, les trottoirs impraticables (stands de bouffe de rue, échoppes ambulantes, motos stationnées), la circulation dense et les manipulations indélicates dans les transports en commun, vont être fatals à votre valise roulante. La nôtre a rendu l’âme entre Cat Ba et Hanoï. Si comme nous, vous vous retrouvez avec un bagage inutilisable et des vêtements sales plein les bras, sachez que vous pourrez acheter des sacs à dos de grandes marques sur place, à Hanoï ou à Sapa. Par exemple, nous avons négocié un sac Northface 100L à 500 000 VND (25$). Contrefaçon? Sans doute une malfaçon, puisque notre sac a une fermeture cousue à l’envers et une house de protection de marque différente.

N’hésitez pas à voyager léger. Tous les hébergements proposent un service de blanchisserie rapide et bon marché.

Du Nord au Sud, et selon la période de l’année, le temps peut connaître de grandes variations. Pour un voyage en mars –avril, emportez avec vous un pull léger (Sapa et Dalat), un poncho imperméable, préférez des matières légères qui sèchent vite en particulier pour les chaussures.

Hébergements :

Nous avions réservé un minimum de logements avant notre départ. Mais il est tout à fait possible de trouver des options une fois arrivé à destination. Vous trouverez facilement votre bonheur. Attention toutefois au problème d’insonorisation. À la campagne comme en ville, Le bruit de la rue est incessant et quand il cesse enfin, au milieu de la nuit, ce sont les coqs qui prennent le relais. Si vous avez le sommeil léger, prenez vos boules quiès!

Voici les logements que nous avons réservé et qui se distinguent par la qualité de leur service, la propreté et la gentillesse du personnel :

Hanoï – Culture Hotel 

Hué – Hue Boutique Hotel

Hoi An – Thao Nguyen Phat Homestay (chambres d’hôte, bâtiment excentré)

Ho Chi Minh – Madame Cuc 127

Langue :

Avant de partir, j’avais lu et entendu ici ou là que les Vietnamiens parlaient peu anglais. C’est absolument erroné, quasiment tout le monde parle anglais.

Transports :

Bus et Train. Nous avons choisi de faire tous nos trajets en bus de nuit (renommé le « no » sleeping bus). Nous avons testé plusieurs compagnies dont Camel Travel et The Sinh Tourist. Je vous recommande vivement la compagnie The Sinh Tourist qui se distingue vraiment de la concurrence tant par la qualité du service, par la précaution dans la manipulation des bagages que par la prudence des chauffeurs. Les bus des autres compagnies sont souvent sur-réservés, certains passagers étant obligés de dormir dans les allées ou de rester debout. J’insiste évitez absolument Camel Travel!

Sachez que les bus The Sinh Tourist ne disposent pas de toilettes. Et c’est tant mieux car, au bout de 4 à 8H de trajet, l’odeur des toilettes peut être pestilentielle. Est-ce que je vous ai dit d’éviter Camel Travel?

Depuis Hanoï, vous pouvez rejoindre Sapa avec le train de nuit (ne vous attendez pas à dormir). Si vous souhaitez rejoindre Sapa depuis Cat Ba, sans avoir à repasser par Hanoi, une liaison directe en bus couchette existe. Renseignez-vous auprès des hôtels de Cat Ba.

Marche à pied. La meilleure façon de découvrir une ville, mais attention les distances peuvent paraître trompeuses.

Le vélo : mon mode de transport préféré en particulier pour Hoi An où ils se louent pour 1$/jour

Les mototaxis ou le cyclopousse : deux incontournables. Dans tous les cas, n’embarquez pas sur ces véhicules sans avoir bien négocié au préalable le prix de la course. Gare aux mauvaises surprises!

Les tours organisés :

Difficile d’y échapper surtout pour les excursions sur les sites isolés (Sapa, My son, Les karst de la baie d’Halong…). Sachez que ces formules, quoique pratiques pour les voyageurs qui ont peu de temps et aucune envie de marchander, sont très décevantes et contraignantes. Nous avons opté, à regret, pour ce genre de formule à Cantho.

Pour Sapa, il est possible d’échapper au trekking organisé, en négociant directement avec les femmes Hmongs du coin. Dans l’ensemble, tout est négociable…pour ceux qui en ont l’énergie!

Cuisine :

Faites vous plaisir! La cuisine vietnamienne est délicieuse, fraîche, parfumée. Sucré au Sud, plus simple au Nord, divine au centre! Elle est saine, savoureuse et subtile, toujours accompagnée d’herbes aromatiques fraîches : Basilic Thaï, Mélisse (Shiso), Coriandre, feuilles de lolote ; et parfois épicée: badiane, piment, citronnelle, gingembre et poivre noir, mais sans jamais brûler le palais.

Profitez des marchés et supermarchés pour faire le plein de thé, de bonbons à la noix de coco et de bâtons de cannelle gigantesques. À Dalat, n’hésitez pas à aller au marché central pour y acheter des fruits confits et du jus de passion. Attention, La confiture de fraise est outrageusement sucrée (ne la mettez pas au frigo)!

Autres curiosités culinaires de Dalat : Le smoothie à l’avocat (bon), la tisane à l’’artichaut (moins bon) et le vin rouge.

Les adresses qui valent le détour :

Hanoï : Restaurant gastronomique La Badiane (cuisine fusion d’un couple franco-vietnamien), restaurant Highway 4, restaurant Koto (mission de réinsertion sociale)

Hué :  Les Jardins de Carambole (Restaurant tenu par un couple franco-vietnamien)

Hoi An : Bale Well, restaurant avec un menu unique à partager. Végétarien s’abstenir.

Ho Chi Minh : Nha Hang Ngon (belle cour intérieure, plats inspirés de la cuisine de rue)

Achats :

Il existe une foultitude de souvenirs à ramener. Parmi les incontournables :

  • L’artisanat Hmong (Sapa, Bac Ha)
  • Le chapeau conique
  • Les lanternes (Hoi An).
  • Du prêt-à-porter (Hoi An). La ville est connue pour ses tailleurs.
  • Le dacau (Ho Chi Minh)
  • De la porcelaine
  • Des produits alimentaires (épices, fruits confits de Dalat, café, thés etc.)
  • Vous pouvez également acheter des “cafetières” vietnamiennes très pratiques. Ce sont des tasses en aluminium, percées de trous. Vous en trouverez de la marque Phuc Long, de très bonne qualité, en supermarché pour 4$.

Traverser une route au Vietnam :

Le moment le plus stressant que vous aurez à affronter au Vietnam sera de traverser une route, en ville. Les véhicules déboulent en tous sens. Oubliez votre bon vieux code de la route et votre civisme! N’attendez pas le bon moment pour traverser, il n’arrivera jamais. La meilleure façon de vous en sortir est de vous imposer et de compter sur l’habileté des Vietnamiens à éviter toutes sortes d’obstacles sur leur chemin. Finalement, il est bien plus dangereux d’hésiter en traversant que de foncer!

9 COMMENTAIRES

  1. Merci beaucoup pour toutes ces informations, c’est très utile car je prépare mon futur voyage au Vietnam.

    J’en suis au stade du visa. Impossible de joindre l’ambassade malgré une centaine d’appels… pourtant le formulaire en français de 2 pages paraît simple mais il ne précise pas le montant à envoyer par chèque.

    Apparemment, ce serait 60 € entrée simple et 90 € entrée multiples pour 1 mois…

    • Merci pour votre commentaire. Personnellement nous avons effectué notre achat en ligne. Les tarifs étaient, à l’époque, de 38$ US pour un visa simple pour 2 personnes. Nous avons reçu les document par email sous 48h. Il s’agit d’une lettre contenant une liste de 20 personnes qui ont l’autorisation d’entrer au Vietnam.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire !
Entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.