Islande - Reykjavik

Après plus de 1500 kilomètres à parcourir les quatre points cardinaux de l’île, nous finissons notre road trip sur une note urbaine : nous nous arrêtons dans la capitale de l’Islande, Reykjavik.

Reykjavik est une modeste capitale, agréable et dynamique, qui ne compte pas plus de 120 000 âmes. C’est bien entendu le cœur économique et culturel du pays. Avec ses maisons en taules colorées, ses musées, son street art et ses petits commerces, la ville ne manque pas de charme. Les amateurs d’art contemporain et d’architecture moderne ne seront pas déçus dans cette ville excentrique.

De surprenantes murales et sculptures ornent les rues et ne cherchent qu’à se faire débusquer.

Quant à l’architecture, elle s’inspire directement des paysages islandais, dans ce pays où la nature n’est jamais très loin. L’église Hallgrímskirkja a été conçue sur le modèle des orgues basaltiques que nous avons vus au Parc national de Skaftafell ou encore à Hengifoss. Plus surprenante encore, la salle de concert Harpa, aux effets à la fois moléculaires et minéraux.

La ville abrite une douzaine de musées, parmi lesquels les ludiques Musée du phallus qui en complexera plus d’un et Saga Museum où vous pourrez entrer dans la peau d’un viking.

Islande - Reykjavik - Saga museum

Après deux semaines à manger des pâtes, du riz et des knackis, nous profitons de notre retour à la civilisation pour enfin goûter à de la vraie nourriture. Au restaurant, The sea baron, nous dégustons quelques spécialités à base de produits de la mer : une délicieuse soupe de homard et des brochettes de morse.

Notre séjour achève… Nous profitons de notre dernier jour en Islande pour faire une escapade à Viðey, une île au large de la capitale. Un petit paradis pour ornithologue à seulement 3 minutes de Reykjavik en bateau. La plupart du temps l’île est déserte, en dehors des mois d’octobre-novembre-décembre où la Tour Imagine Peace, un monument lumineux en hommage à Jonh Lennon, est allumé et attire les visiteurs.

C’est sur cet interlude semi-urbain, semi-champêtre que se termine notre séjour. Nous quittons cette terre de tous les contrastes avec des images incroyables dans la tête. Dans quelques heures, nous retrouverons le macadam de notre ville avec un pincement au cœur mais nous reviendrons, c’est une promesse.

(Série d’articles rédigée  avec la collaboration de mon frère, Louis Martin. Toutes les photos sont les siennes)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire !
Entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.