Depuis 2009, année de mon expatriation au Québec, j’ai eu l’occasion d’entendre et de lire beaucoup de choses au sujet du Québec et des Québécois. Certains de ces propos étaient naïfs et bienveillants, d’autres complètement scandaleux. Qu’ils soient à l’avantage ou au désavantage des populations qu’ils décrivent, ces stéréotypes naissent bien souvent de l’ignorance, d’une mauvaise communication ou parfois tout simplement de la mauvaise foi.

Bien sûr, il y a des traits culturels qui sont propres à chaque communauté. Or, il n’est pas rare que les stéréotypes ne dressent pas le portrait objectif d’une culture mais soient un outil de dénigrement des individus. Je trouve cette différence fondamentale.

Dans cet article, nous allons livrer une petite guerre aux stéréotypes qui ont la vie dure, qu’ils soient amusants ou complètement aberrants.

L’hiver et nous

Commençons par un sujet léger… et frette. L’hiver québécois nourrit bien des idées reçues. Chaque fois que je rentre en France, j’ai le droit au fameux stéréotype : “Les Québécois, ils ont tout compris, ils vivent sous terre l’hiver.” Je ne sais pas d’où vient cette drôle d’idée (d’un reportage sur Montréal, j’imagine) mais elle est complètement fausse. Non, les Québécois n’hibernent pas à la manière des marmottes.

C’était bien tes vacances d’hiver au Québec?

Oui, il existe bien une “ville” souterraine à Montréal, mais ce que nous appelons ville est en fait un réseau de galeries marchandes. Il n’y pas a pas d’habitations dans ces souterrains. Des magasins, des métros, des couloirs qui relient quelques tours à bureaux… et c’est tout. Pour mettre les choses à leur juste place : le réseau souterrain couvre 32 km² , l’île de Montréal possède une superficie de 431,5 km² et le Québec est de 1,667 million km². Les chiffres parlent d’eux-mêmes : ni les Québécois en général, ni les Montréalais en particulier ne vivent dans des souterrains l’hiver.

Le Québec, un nouvel Eldorado

Un autre préjugé que les Français ont vis à vis du Québec est que la Province serait un nouvel Eldorado pour le travail. Même si la situation économique semble meilleur au Québec, des nuances peuvent et doivent être apportées.

Que le chômage soit aussi bas ne signifie pas que tout le monde a un emploi. Simplement les personnes sans emploi se font plus vite évincer du système d’assurance chômage. Les personnes sans emploi vont être amenées à reprendre le travail à tout prix, ce qui veut dire accepter n’importe quel job à n’importe quelle condition. Et c’est justement là que le bât blesse. Si obtenir un travail est relativement aisé, avoir de bonnes conditions de travail est une autre paire de manches.

Avoir une vie après le travail, c’est surfait!

La semaine est de 40h/semaine et beaucoup d’employeur ne respectent pas les normes quant au paiement des heures supplémentaires. (Rappel : 1h supplémentaire = 1,5h en argent ou en congé. Bien souvent le tour de passe passe pratiqué est 1h supplémentaire = 1h de congé, ce que beaucoup accepte étant donnée que les vacances sont misérables).

Les normes du travail garantissent 2 semaines de congés payés. Pour avoir davantage, il va falloir négocier ferme ou être très patient. Certaines entreprises offrent plus que ce strict minimum, mais elles ne sont pas légion.

Certains emplois n’offrent pas de couverture santé. Ce qui signifie que vos frais de médicaments seront toujours couverts par l’assurance maladie d’État mais que vous allez donc continuer de vous endetter pour des soins aussi basiques que le dentiste, le chiro, le psychologue, etc… Et si votre employeur offre ce genre d’avantages, vous serez quasi contraints de rester pour ne pas les perdre, même si votre job est la pire au monde.

La situation empire si vous avez des enfants et quand vous vieillissez. Ne comptez pas sur le système de retraite qui est dérisoire. Certains doivent continuer de travailler bien après leurs 65 ans… jusqu’à ce que mort s’en suive!

Eldorado? non, il y a des avantages et des inconvénients dans chaque système. Il faut l’admettre c’est bien plus facile d’être critique envers le sien et naïf envers celui des autres.

Politesse ou hypocrisie?

Alors là, les amis… je commence à aborder les sujets qui fâchent. Grande inspiration, profonde expiration.

C’est un reproche qui revient souvent dans la bouche des expatriés français. Selon eux, les Québécois seraient des hypocrites. Pour moi la confusion prend naissance dans le concept même de politesse, qui varie d’une culture à l’autre.

En France, nous attachons une importance toute particulière au respect et celui-ci doit s’exprimer à travers le langage (les fameuses formules de politesse et le sacro-saint vouvoiement) et la déférence. On aimera mettre une distance respectueuse envers nous et notre interlocuteur. La familiarité est donc assez mal perçue et ne se pratique qu’avec les intimes.

En revanche, au Québec (et en Amérique du Nord en général), il est important de mettre son interlocuteur à l’aise : en l’invitant au tutoiement, en se montrant chaleureux, en étant d’emblée familier. Cette familiarité n’étant pas un indice du degré de sympathie qu’on vous porte mais une simple façon d’être poli.

L’abus de stéréotypes nuit gravement à la santé mentale…

Ce quiproquo est flagrant dans le cas de la recherche d’emploi. Bon nombre de Français jugent les Québécois hypocrites car leur candidature n’est pas retenue alors même que l’entretien s’était bien passé.

Je dois tristement vous dire que ce ne sont pas les Québécois le problème mais bien la façon dont, en France, nous envisageons les rapports de force au travail. Demandez-vous : Pourquoi un entretien d’embauche devrait être désagréable ou mal se passer?

Je me souviens très bien de la plupart de mes entretiens d’embauche quand je vivais en France : le recruteur tirait la gueule, me prenait de haut (technique pour soit-disant déstabiliser le candidat), manquait de ponctualité, me posait des questions à la con dans le but de me disqualifier.

Avouez que le comportement normal est d’être aimable et bienveillant lors d’une rencontre, même professionnelle.

Oui, les recruteurs québécois sont généralement aimables, sympathiques, chaleureux ET peuvent refuser de vous embaucher. Ce n’est pas personnel (un candidat a tout simplement été meilleur que vous), ce n’est pas de l’hypocrisie, c’est de la politesse et du professionnalisme.

Les Québécois tous racistes?

Je pense qu’à partir du moment où une phrase commence par “les…. sont tous….”, il n’y a pas grand chose de bon à en retirer.

Les Québécois seraient racistes car le Gouvernement Marois a voulu faire passer une loi en 2013 pour mettre en place une Charte des valeurs québécoises. Qu’est ce que la Charte des valeurs québécoises? Tout simplement une charte sur la Laïcité.

Ceux qui sont familiers avec le concept de laïcité ne verront, je pense, pas vraiment le problème et trouveront certainement ça bien. Le problème est que le concept de laïcité est mal compris de ce côté de l’Atlantique où les frontières entre religion et politique peuvent être floues. Est-ce que le concept de laïcité est raciste? Non, son but est de garantir la neutralité de l’État et des institutions, mais beaucoup de personnes ne semblent pas faire la différence entre sphère privée et sphère étatique…

Les Québécois seraient racistes car ils ont des lois visant à la protection de leur langue et de leur culture. Est-ce qu’on peut parler de racisme? Je ne crois pas. On peut tout à fait être ouvert sur le monde et vouloir préserver ce qui fait son identité, dans les limites du raisonnable.

Ses voisins étant anglophones ou hispanophones, le Québec est donc de fait isolé. Peut-on lui reprocher de vouloir préserver sa langue et ses spécificités culturelles? Dirait-on la même chose des autres peuples qui se battent pour conserver un tant soit peu leur identité dans ce monde globalisé?

Les Québécois sont racistes car il y a des mouvements identitaires comme la Meute, qu’il y a eu des attentats contre une mosquée, etc. Oui, il ya des individus qui sont racistes. Non, tous les Québécois ne sont pas racistes pour autant.

De la même façon qu’il ya eu des attentats islamistes au Québec, et que, non, tous les musulmans ne sont pas des terroristes.

En revanche, il est vrai qu’il y a une certaine méfiance vis à vis de l’intégrisme, en particulier religieux. Personnellement, je pense que l’intégrisme qu’il soit politique ou religieux devrait tous nous inquiéter et nous interroger.

Les stéréotypes sont le cul de sac de la pensée

Cet argument du « racisme » est le plus galvaudé, utilisé par tout le monde pour dénigrer n’importe qui et n’importe quoi. On entend et lit ce genre de préjugés partout, dans la bouche de plein de personnes différentes et au sujet de plein de peuples différents. C’est dire son degré de pertinence. L’argument Ad Racistum est en passe de remplacer la reductio Ad Hitlerum dans le langage commun, et c’est dommage car il nous empêche de combattre le vrai racisme.

En réalité, si vous êtes prêt à connaître les Québécois et à les adopter, il vous adopteront en retour… à quelques abrutis prêts, comme partout!

Un peuple inculte

Ce stéréotype me fait toujours bondir, car, lorsqu’on demande à la personne qui l’énonce ce qu’elle connaît de la culture québécoise, elle répond un vague “heu, bah, heu…”

Et oui, car ce sont toujours les personnes qui ne connaissent rien à la culture québécoise et, pire, qui ne s’y intéressent pas qui prétendent qu’elle n’existe pas!!!!!! (Je n’ai pas assez de points d’exclamation pour exprimer ma stupéfaction devant tant de mauvaise foi).

Es-tu certain de vouloir encore utiliser ce stéréotype?

Si vous êtes de ceux qui pensez celà, je vous invite donc

  • À lire les ouvrages que je recommande dans cet article sur 9 auteurs québécois à découvrir,
  • D’aller à la bibliothèque la plus proche de chez-vous ou de visiter le site les  libraires.ca pour trouver de nombreux titres d’auteurs québécois,
  • À fréquenter un tant soit peu les salles de spectacles de Montréal, en particulier ses salles de théâtre.

Une fois que vous aurez affiné votre culture générale, vous aurez de meilleurs arguments que celui du stéréotype éhonté!

Pour conclure

Il existe certainement d’autres stéréotypes, tous plus idiots les uns que les autres. Malheureusement, les préjugés se transmettent plus vite que la peste, que ce soit ici ou ailleurs. Vous-mêmes en êtes certainement victimes de temp à autre.

L’immigration n’est pas de tout repos et tout immigré passe par des étapes de détestation de son pays d’accueil et de ses habitants. Tout comme dans une relation de couple où l’on finit par ne voir que les défauts de l’autre et même par les amplifier, aveuglés que nous sommes par notre égo. Certaines personnes ne dépassent, hélas, jamais ce stade et développent une amertume qui viendra à jamais teinter négativement leur expérience d’expatriation. D’autres s’accommodent de ces différences et les remettent à leur juste place : des traits culturels qui ne sont ni mieux ni moins bien que d’autres, et qui peuvent varier d’un individu à l’autre. Le regard que vous portez sur le monde a été façonné par votre culture et votre éducation. Vous avez le choix de travailler sur votre perception des choses, votre tolérance, votre vocabulaire…ou non.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire !
Entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.