Quebec au fil des saison - cover-01

Depuis 2009, année où nous avons pris la décision d’immigrer, le Québec nous en a fait voir de toutes les couleurs. Je vous propose quelques anecdotes météorologiques pour découvrir le Québec au fil des saisons.

La magie de l’automne

L’automne est LA saison idéale pour le tourisme au Québec. Elle est tellement photogénique quand ses forêts revêtent leurs couleurs chatoyantes. Les arbres semblent littéralement illuminés de l’intérieur tant le rouge de leurs feuilles semble surréaliste.  Si vous venez au Québec pendant la saison des couleurs, préférez les parcs où les érables sont nombreux, puisque que ce sont ces arbres qui donnent cette couleur ardente au paysage.

Quand je suis arrivée à Montréal, j’aimais ramasser les feuilles rouges tombées au sol. Je les séchais et je les accrochais au mur pour faire durer ces belles couleurs de l’automne qui me fascinaient.

Quebec - Automne

L’automne est une saison borderline. D’un côté l’été des indiens permet de profiter d’une chaleur exceptionnelle en octobre-novembre, de l’autre le froid s’installe progressivement. Les températures sont très instables, passant du froid à la chaleur sans ménagement dans la même journée.

Mais au fait c’est quoi l’été des indiens (ou été indien) ? C’est un redoux de plusieurs jours qui survient après le 1er gel.  Selon la légende le nom viendrait de ce que les amérindiens profitaient du redoux pour terminer les récoltes, se préparer pour l’hiver. Finalement les temps ont bien peu changé puisque l’automne demeure la saison des récoltes et des conserves par excellence. Ici les gens adorent faire du Ketchup maison. C’est très facile à faire et c’est bien meilleur que ce que vous trouverez en fabrication industrielle. On accompagne la tourtière de ce fameux ketchup maison.  C’est également la période de l’autocueillette des pommes, en particulier en Montérégie.

L’automne c’est aussi la meilleure saison pour l’observation des baleines dans l’estuaire puisqu’à cette époque de l’année elles sont plus nombreuses et actives avant d’effectuer leur grande migration vers des contrées plus clémentes et abondantes en krill.

Québec - Observation des baleines - Bateau

L’hiver de force

« Ça vous prend des bonnes bottes, sinon vous êtes morts », voilà ce que nous a dit la boulangère roumaine de notre quartier quand nous avons fraîchement débarqué à Montréal en octobre 2009.

En tant que Français, -30 degrés était quelque chose d’assez abstrait pour nous. Nous n’avions aucune idée de ce que ce froid, à ce point, pouvait être, ni comment le vivre. En dessous d’une certaine température d’ailleurs, nous ne sentons plus vraiment la différence. Pendant notre 1er hiver au Québec, on était comme des gamins, naïfs et enthousiastes. On a donc décidé de faire une randonnée dans le parc Jean Drapeau et d’y faire (la merveilleuse idée) un pique-nique hivernal. On a acheté des sushis en route, on a marché, on s’est amusé comme des fous, on a pris une tonne de photos… Mais voilà, il faisait si froid ce jour-là qu’au moment de manger nous avons réalisé que l’eau en bouteille, les sushis et même la sauce soja avaient gelé ! Transis de froid et affamés, nous sommes vite rentrés en centre-ville pour manger un bon repas et nous réchauffer.

Tips météo : En hiver, tu sais qu’il fait en dessous de -15 degrés, quand tes poils de nez congèlent quand tu inspires.

Mais le plus grand problème de l’hiver ce n’est pas tant le froid que sa durée… De la neige en mai ça vous inspire quelque chose, à part de la rage ? En tous cas, l’hiver va nourrir toutes vos conversations pendant plus de 6 mois. Est-ce plus ou moins froid que l’an dernier, va-t-il y avoir une tempête, va-t-il y avoir trop de neige pour conduire, pas assez de neige pour faire du ski, est-ce que l’hiver sera long ou court. Si l’adage du Québec est « Je me souviens », je suis à peu près certaine que ce dont on se souvient c’est que l’hiver à trop duré !

Le printemps, ce grand absent.

Les inter-saisons sont très courtes et le printemps n’existe pas vraiment au Québec. En réalité, le printemps est soit un prolongement de l’hiver, soit une anticipation de l’été. Il arrive très souvent qu’il neige encore en mai, ou, plus rarement, qu’il fasse un temps caniculaire. Un pays borderline je vous disais !

Si en pensant au Québec, vous avez en tête des images de paradis d’un blanc immaculé, vous allez vite déchanter. Le printemps, c’est de la neige fondue et sale; ce sont des litres et des litres de « sloche » le long des routes et sur les trottoirs. À cette période Montréal est laide à mourir et le moral est au plus bas.

Quebec - SlocheBien sûr, on peut toujours se réconforter en noyant son chagrin dans la bouffe, par exemple, en mangeant un repas gargantuesque dans une cabane à sucre. Qui dit printemps dit temps des sucres et tire d’érable sur neige. De quoi redonner un sens à mars et avril et de renflouer le compte en banque de votre dentiste.

C’est également l’époque où l’on trouve des Têtes de violon sur les marchés. Têtes de violon, Quézako ? Ce sont les jeunes pousses de fougères que l’on consomme en légume. Moi, j’aime les faire sauter avec de l’ail et de la crème fraîche. C’est délicieux. Essayez !

L’Été de tous les plaisirs

Enfin l’été ! Il s’est fait désirer si longtemps, qu’ici on le dévore sans modération. En été, le Québec ne fait pas dans le demi-mesure : Festivals (de bouffe, de musique, d’art…c’est à se demander si Montréal dort en été), cyclotourisme, randonnées et activités de plein air en tout genre…vos journées estivales vont être bien remplies.

Juillet c’est aussi la saison de tous les moustiques. Ha ces belles balades en forêt dont on ressort couvert de piqûres. Je me souviens qu’au Lac Saint-Jean nous avons dû rebrousser chemin en courant, poursuivis par une horde de moustiques assoiffés de sang. Bref, n’oubliez pas votre crème anti-moustiques.

Loin d’être un plaisir le 1er juillet est le jour des déménagements. Et oui, les baux finissent très généralement le 31 juin ce qui amène, pour ceux qui souhaitent changer de logement, son lot de galère. Bonne chance pour trouver un camion à un prix raisonnable (ou pour en trouver un tout court. Réservez à l’avance); bonne chance pour coordonner votre départ pendant que les nouveaux locataires, eux, investissent les lieux; bonne chance pour circuler et vous stationner avec votre truck. Alors pourquoi le 1er juillet me demanderez-vous? Certains diront que c’est parce que le 1er juillet est férié et que donc déménager sur un long week-end est plus pratique. Oui mais le 23 mai, le 24 juin et le 1er septembre sont fériés aussi. Alors pourquoi pas eux ? D’autres diront que c’est parce que l’hiver n’est pas pratique pour déménager. Oh la fausse excuse ! L’été ce n’est pas que le 1er juillet. En réalité nous aurions de mai à septembre pour déménager.

Alors ne serait-ce pas parce que le 1er juillet est le jour de la Fête du CANADA ? Vous connaissiez le concept du maudit Français, maintenant vous connaissez celui du maudit Québécois !  😀

À votre tour de vivre votre expatriation au fil des saisons  et si vous avez des anecdotes, partagez-les!

PARTAGER
Article précédentXela et le volcan Santa Maria
Article suivantRoad trip en Gaspésie : la vidéo !
Mathilde
Née en France et expatriée depuis 2009 au Québec, Mathilde est une rêveuse, passionnée par la culture, l’environnement et la gastronomie. Quoi de mieux que le voyage pour assouvir toutes ses passions à la fois !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire !
Entrez votre nom ici