Nouvelle zelande -Punakaiki cover

Étape 6 de notre road trip en Nouvelle-Zélande : la côte ouest, de Punakaiki à Okarito.

Nous quittons Motueka de bonne heure. Nous roulons à travers montagnes, gorges et forêts pour rejoindre la côte ouest. Et quelle côte! Quand nous longeons enfin le littoral, nous avons le souffle court. La mer de Tasman, battue par le vent, est déchaînée. De spectaculaires vagues viennent frapper les falaises, créant une bruine qui délave tout. Punakaiki est un centre très touristique en raison des fameux pancakes rocks. On s’y arrête en grand nombre pour y observer ses concrétions rocheuses, comme autant de mille-feuilles calcaires qui ont été creusés par une marée tonitruante, véritable force de la Nature. À 500 mètres en contrebas de l’entrée principale, une grotte bien cachée nous permet de nous enfoncer dans les entrailles de la Terre.  

Pour ne pas être esclaves de la route et pour que le road trip reste un plaisir, nous prîmes la décision de morceler nos trajets. C’est à Greymouth, une petite ville assez discrète et monotone, que nous passons la nuit.

Le lendemain, nous faisons un détour par le lac Kaniere. Nous sommes assez déçus par ce lac dont on attendait plus.  À force de côtoyer l’extraordinaire, depuis le début de notre séjour, serions-nous devenus difficiles à satisfaire? Des blasés de la beauté?  À moins qu’habitués aux paysage lacustres du Canada, nous avons une impression de déjà-vu qui nous laisse sur notre faim… Sur la route, les paysages, entre mer et montagne, restent magnifiques. La silhouette des Alpes du Sud n’est jamais loin et se fait de plus en plus précise à mesure que nous approchons.

En début d’après midi, nous nous arrêtons à Okarito, un petit village côtier où il n’y a presque aucune âme qui vive. C’est ici qu’il est possible d’observer les kiwis dans leur habitat naturel, la nuit. Mais notre timing joue en notre défaveur puisque nous devons nous rendre au Glacier Fox pour la soirée. Tant pis pour les kiwis… Savoir qu’ils peuvent encore vivre en liberté est déjà une consolation. Nous empruntons le chemin de randonnée Ōkārito Trig/Wetland Walk. Au terme d’une petite heure et demie de marche, le long d’un sentier qui traverse une forêt native, nous atteignons un belvédère qui dévoile une vue imprenable sur le Westland Tai Poutini National Park. Imaginez la scène d’une beauté à pleurer : une mer déchaînée saupoudre le littoral de ses embruns; Une zone humide, ceinte par un lagon, s’étale à nos pieds; Une épaisse forêt court jusqu’aux Alpes du sud dont les sommets enneigés se détachent en arrière-plan du paysage. Une splendeur! À marée basse, il est possible poursuivre le sentier et de revenir au village par la plage. Hélas, quand nous descendons, la marée est haute. Des vagues menaçantes nous chargent. Plus qu’impressionnée, je crains cet océan qui n’a rien de pacifique. Je nous imagine déjà être emportés par la houle qui briserait nos corps sur les roches et nous rejetterait, morts, sur la grève… broyés et digérés par la colère de Neptune.

Nouvelle zelande - Okarito - Westland Tai Poutini Park - panorama

*****

Noah’s Ark est une auberge de jeunesse sympa, aussi colorée et fantaisiste que Greymouth est terne et froide. La décoration de chaque pièce, sur le thème de l’arche de Noé et de ses animaux, est d’un kitsch absolu. Nous avons dormi dans la chambre « léopard ». Le personnel est très avenant. 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire !
Entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.