Cinquième étape de notre road trip en Nouvelle-Zélande : L’inoubliable parc Abel Tasman

Après une brève traversée prodigieusement colorée dans le détroit de Cook depuis Wellington, nous mettons à nouveau pied à terre, ou plutôt pied sur l’accélérateur. Dès la sortie du ferry, nous mesurons la différence qui sépare l’île Nord de celle du Sud de la Nouvelle-Zélande.

Les routes sinueuses et vertigineuses nous obligent à nous agripper fermement à nos sièges. Je ne connais rien de plus stressant que la conduite en montagne, coincés entre un mur de roche et un précipice, ne sachant pas si les voitures que nous croiserons tiendront correctement leur gauche.

Les flancs montagneux, couverts de sapin, nous rappellent nos paysages canadiens. La présence familière et incongrue des conifères brouille nos repères spatio-temporels. Étrange anachronisme végétal à l’autre bout du monde. Plus tard, nous apprendrons que l’envahisseur épineux a été introduit pour l’industrie du bois et qu’il est maintenant un concurrent féroce à la flore indigène qu’il grignote, peu à peu, de son insatiable appétit de colonisateur.

Nouvelle Zelande - Picton

Nous semons les forêts de sapins et leur épaisseur embrumée. Le ciel est dégagé quand nous rejoignons le littoral, lumineux et chargé d’embruns. La baie de Tasman scintille dans la lumière d’après-midi. À Nelson, la ville s’est vidée : tous se sont rassemblés sur la plage. Les baigneurs colorés se fondent dans une eau calme aux reflets métalliques. La vie semble douce à Nelson. Quel dommage que nous ne faisons qu’y passer.

Nous roulons jusqu’à Motueka où nous logerons pour les deux prochaines nuits. Notre auberge est un petit havre de paix, loin de tout. Nous nous installons dans le jardin où nous observons le soleil se coucher. Le crépuscule efface lentement la silhouette des sommets du parc Kahurangi enveloppés d’une brume rosâtre.

Le parc Abel Tasman se situe à une vingtaine de kilomètres de Motueka. À l’orée du parc de nombreuses agences offrent leurs services, plus ou moins onéreux : kayak, croisière, bateaux taxis… Fidèles à nous-mêmes et à notre budget, nous optons pour une randonnée pédestre gratuite sur le sentier qui longe la côte depuis les hauteurs du parc. Si ce sentier est si populaire auprès des randonneurs et trekkeurs, c’est parce qu’il offre de magnifiques points de vue où se mêlent l’or des plages, le turquoise de l’eau et le jade de la végétation. Quand nous pénétrons la forêt, le chant assourdissant des criquets nous transperce les tympans. Nous sommes au cœur de la forêt primaire, un joyau intouché de grandes fougères, emblèmes du pays.

Nous marchons tranquillement jusqu’à Anchorage bay où nous faisons une pause bien méritée avant d’entamer notre trajet retour (environ 8h aller-retour). Au pied des falaises creusées par la marée, quelques mouettes se disputent les miettes de repas abandonnées par les touristes.

NB : Notez qu’il y a très peu de points d’eau potable sur le sentier. Les terrains de campings ont de l’eau non potable et une toilette. Les trekkeurs devront s’équiper de pastilles purifiantes et/ou de matériel pour faire bouillir leur eau de consommation.

*****

Nouvelle Zelande - Motueka

Auberge Eden Edge : Cette auberge est un paradis eco-friendly. Chambre propre, espaces communs spacieux et calmes, cuisine toute équipée, jardin d’herbes aromatiques, œufs frais offerts. Le genre d’endroit que l’on ne veut plus quitter!

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire !
Entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.