Dernière étape de notre séjour au Guatemala et pas des moindres! Notre séjour au lac Atitlan est certainement le moment que j’ai préféré de tout notre voyage. Succombez avec nous aux charmes d’un des plus beaux lacs du monde.

Goûter la tranquillité à San Pedro

Nous partons tôt de Xela pour rejoindre le plus vite possible le lac Atitlan, dernière étape de notre voyage. Le trajet se fait vite et bien (environ 1h30-2h).

À Panajachel, ville très touristique que nous traversons rapidement en bus, nous prenons une barque pour San Pedro, le village que nous avons choisi pour installer nos pénates.

Nos premières impressions de San Pedro ne sont pas très bonnes. Quand nous débarquons, une armée de tuk-tuk nous harcèlent et nous proposent des tarifs plus exagérés les uns que les autres. Nous décidons de nous poser dans un café, le temps que les choses se calment. La rue principale de San Pedro est bourrée de restos, cafés et hôtels tenus par des occidentaux. L’ambiance touristique pseudo cool et un peu superficielle qui y règne ne nous plait guère. Serait-on tombé dans un piège, une usine à touristes ?

Nous repérons sur notre GPS notre hôtel, qui semble bien excentré, et prenons un tuk-tuk à 5Q pour y aller. Et là, toutes nos appréhensions s’évanouissent : San Pedro, quand on s’éloigne de l’entre-soi touristique, est un véritable village pittoresque où il fait bon vivre.

Notre hôtel est un petit oasis au bord du lac et dos au volcan San Pedro. Les propriétaires, une famille guatémaltèque, sont adorables. Un petit chemin mène à des jardins potagers et à une plage où les gens viennent pêcher, se laver ou  faire leur lessive.

Des maisons, menacées par la montée des eaux du lac, ont été abandonnées et offrent le tableau assez saisissant d’une nature qui reprend ses droits.

L’après midi nous flânons dans le village, nous montons ses ruelles escarpées jusqu’au marché, nous restons bouches-bées devant les murales de propagande catholique, nous apprécions les détails de chaque costume traditionnel brodé porté par les femmes et attrapons des bribes de conversation en langue maya.

Le soir nous mangeons à l’hôtel. Une coupure d’électricité de 2h n’a pas empêché nos hôtes dévoués de cuisiner à la lueur de la bougie.

Le lendemain, nous nous levons à l’aube pour admirer le magnifique lever de soleil sur le lac… ce qui deviendra notre rituel tous les matins de notre séjour.

Peut-on rêver mieux que de profiter de la vie, bercés par les vagues du lac Atitlan, dans la lumière du matin ?

De villages en villages

Après avoir assisté à notre lever de soleil rituel, nous visitons quelques villages autour du lac.

Santa Cruz est un  village perché dans la montagne. Il n’est pas très beau avec ses maisons de tôles et de béton gris mais il est certainement très pittoresque. Quand on fait l’effort de grimper ses ruelles pentues,  un beau panorama  sur les volcans Toliman, Atitlan et San Pedro s’offre à nous. Si vous ne voulez pas vous essouffler, vous pouvez également jouir du panorama au café panoramique.

San Marco est un village très touristique, c’est le moins qu’on puisse dire. En sortant de l’embarcadère nous ne comptons plus le nombres de restaurants occidentaux et d’ateliers spirituels qui s’adressent aux gringos. Je suis assez perplexe car, même si je pratique le yoga comme activité physique (entre autre chose), je m’interroge : pourquoi venir spécialement au Guatemala pour faire du Yoga ? Pire encore, pourquoi payer un prix fou pour ce qu’on peut faire gratuitement (méditation) ? La méditation, n’est ce pas jouir de la solitude, en paix, face à la nature… plutôt qu’en groupe guidé par un prétendu gourou qui vous vide les poches ?

Bref vous l’aurez compris, nous n’avons pas été vraiment fans de San Marco et, après avoir visité le village dans ses hauteurs, mangé dans une gargote fréquentée par les travailleurs du coin, nous avons fuit les lieux le plus vite possible.

San Juan est un de nos coups de cœur. Quand on arrive à l’embarcadère du village, nous voyons plein de bouteilles flotter. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce ne sont pas des déchets ordinaires mais des espèces de bouchon de flottaison pour les filets à pêche. La rue qui remonte du débarcadère à la place principale de San Juan est ponctuée de nombreuses boutiques d’artisanat où il est possible d’apprendre la broderie, le tissage etc. Il y a peu de touristes dans ce village qui est finalement l’un des plus agréables. De là nous rejoignons San Pedro à pied (30 minutes de marche).

Le lendemain, toujours après notre rituel du lever de soleil, nous nous dirigeons vers le village de Santiago, situé à la croisée des trois volcans. C’est à Santiago que la “statue” de Maximon, dieu païen maya, est secrètement gardée et c’est également là que vous verrez les plus beaux huipiles brodées de la la région.

Quand nous regagnons San Pedro, le vent souffle si fort qu’il rend le lac particulièrement agité. Nous profitons de la soirée pour admirer encore et encore cet envoûtant paysage de terre et d’eau. Des vagues, poussées par un vent impétueux, viennent se fracasser sur les ruines des maisons désertées.

Ainsi s’achève notre séjour au Guatemala.

Si c’était à refaire?

Si c’était à refaire, nous aurions absolument évité San Marco. À la place, nous aurions opté pour une randonnée sur les sentiers à flanc de montagne, reliant Santa Cruz à Jaibalito. Puis de Jaibalito nous aurions pris une barque pour rejoindre San Juan…. Peut-être une autre fois!

Avec plus de temps, nous aurions certainement fait l’ascension d’un des volcans. Mais suite à nos aventures à Xela, mes genoux et mon dos n’étaient pas prêts à refaire l’exercice.

Vous en voulez plus? Ne manquez pas de regarder la vidéo de notre séjour au Lac Atitlan

[vc_video link= »https://youtu.be/AtBVkjvmoWI »][vc_text_separator title= »INFOS PRATIQUES » i_icon_fontawesome= »fa fa-info » i_color= »green » i_background_style= »rounded » i_background_color= »white » title_align= »separator_align_left » style= »dashed » border_width= »2″ add_icon= »true » el_class= »informations-header »]

Transports

Shuttle

  • Xela-Panajachel : 100Q, environ 1h30-2h

Lancha

  • Panajachel – San Pedro : 25Q
  • San  Pedro – Santa Cruz : 20Q
  • Santa Cruz – San Marco : 15Q
  • San Marco – San Juan : 10Q
  • San Pedro – Santiago : 15Q en ferry mais départs rares ou 25Q en barque.
  • Pana – San Marcos : 25Q
  • Pana – Santa Cruz : 10Q
  • Pana santiago : 20Q

Tuk-tuk dans les villages : 5Q

Hébergement 

Hostal Playa Linda : L’hôtel excentré et c’est tant mieux! Le lieu est tenu par une famille guatémaltèque adorable. Tout y est calme et propre. Hamacs disponibles, petit déjeuner inclus et repas à la carte pour les midis et les soirs. Petit jardin d’aromates qu’ils utilisent pour la cuisine. Nous avons rarement été si bien accueillis. Grâce à eux notre séjour à San Pedro a été exceptionnel.

Restaurants

Nous n’avons quasiment pas mangé au restaurant. Nous avons mangé à l’hôtel et nous achetions des fruits sur le marché, mais vous devriez trouver votre bonheur dans la rue près du débarcadère. Vous pouvez boire un jus d’orange fraîchement pressé pour 10Q dans la rue qui monte vers le marché.

[vc_media_grid grid_id= »vc_gid:1494423929695-f2a6b58c-617f-2″ include= »6788,6789,6790,6791,6792,6793,6794,6795,6796″]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire !
Entrez votre nom ici