C’est à Antigua que nous passons nos premiers et derniers jours au Guatemala. La première chose que nous constatons en foulant le sol guatémaltèque c’est que le pays semble être le lieu de prédilection pour les routards au long cours, les baroudeuses seules et les jeunes Nord-Américain(e)s qui veulent apprendre l’espagnol, en particulier à Antigua et à Xela.

Antigua Guatemala : Le charme colonial

Dès notre arrivée à l’aéroport de Ciudad Guatemala, nous prenons une navette pour Antigua. Nous voyageons avec d’autres Canadiens qui comme nous fuient l’hiver, même si nous savons bien que ce combat est perdu d’avance. À ce jeu là, l’hiver canadien est toujours vainqueur. La chaleur fait un bien fou à nos corps, enfin débarrassés de leurs manteaux et pulls, qui avaient oublié ce qu’était le confort et la légèreté.

Nous déposons nos affaires à l’auberge et partons sans plus attendre à la découverte de la ville. Antigua est une belle ville aux maisons basses, colorées et tranquille. Ancienne capitale du pays, elle a été fondée au 16ième siècle mais, entourée de trois volcans (Agua, Fuego et Acantenango), elle a été plusieurs fois ravagée par des séismes. De son passé colonial brillant, reste quelques moments et surtout des ruines qui enveloppent la ville de mystère.

Les rues sont animées. Les vendeuses ambulantes, bardées d’artisanat approchent les badauds; Les touristes se mêlent au locaux sur la place du Parque Central ; Les familles investissent les églises à l’heure de la messe; Les visiteurs s’agglutinent sous l’arche de Santa-Catalina de jour comme de nuit et immortalisent la beauté de cette ville classée au Patrimoine Mondiale de l’Unesco. Non loin de l’arche, nous nous arrêtons à la boutique Nim Pot qui présente un beau bric à vrac d’artisanat, nous donnant un avant goût des spécificités vestimentaires des communautés qui composent le Guatemala.

Nous n’avons pas de parcours précis pour visiter la ville et marchons de ruines en ruines et d’églises en églises.  Le samedi, l’atmosphère est grouillante aux abords des lieux de culte et sur les marchés. Le marché d’artisanat Carmen déborde dans la rue; Plus à l’ouest, le marché alimentaire est un véritable dédale de stands de nourriture où la mesure ne se fait pas en gramme mais en main (5 ou 10Q la main d’avocats, de mangues etc). Derrière le marché, se trouve la gare routière d’où partent tous les Chicken Bus, ces anciens bus scolaires américains convertis en bus publics et décorés au goût local.

Du haut du Belvédère du Cerro de la Cruz, le panorama sur la ville est immanquable. Quand le ciel est dégagé, surtout très tôt en matinée, le volcan Agua se découpe en arrière plan de la ville qui s’étend à ses pieds.

Jouer à cache-cache avec le volcan Pacaya

J’avoue qu’il y a des jours où j’ai la flemme de me lever tôt. J’ai insisté pour que nous fassions l’ascension du Pacaya en après-midi et il s’en est fallu de peu pour que la journée soit un fiasco complet.

Tout le monde vous le dira : Il faut faire les randonnées pour les volcans en matinée, le plus tôt possible, avant que les nuages ne recouvrent les sommets.

14h30. Une navette nous conduit au parc où nous payons le droit d’entrée (50Q). Une randonnée d’environ 2h nous amène à un cratère secondaire. Le volcan étant en activité depuis 2010, il n’est plus possible de monter à son sommet directement.

D’ici nous sommes supposés voir le Pacaya… si les nuages et une brume intense n’étaient pas de la partie. En attendant, la guide amuse les touristes : elle sort de son sac des Marshmallows et tente de les faire fondre sur des morceaux de roche volcanique chauds.

Par chance, le vent se lève et chasse les nuages à mesure que le soleil se couche. Le sommet du Pacaya se dévoile et avec lui sa coulée de lave rougeoyante. Nous avons droit en prime à un magnifique coucher de soleil sur les hauteurs. Ouf, la sortie n’est pas tout à fait ratée, notre couple va s’en sortir indemne 😉  !

Quand nous redescendons, il fait nuit. Certains d’entre nous sommes équipés de lampes frontales, d’autres s’éclairent au smartphone… nous formons un étrange cortège de lucioles des temps modernes.

Les randonneurs du dimanche qui ne veulent pas trop s’épuiser à la tâche pourront louer les service de chevaux pour faire l’ascension.

Excursion : environ 100Q le transport depuis Antigua + 50Q l’entrée du parc national Pacaya (guide inclus)

Jocotenango

Pour notre dernier jour à Antigua nous décidons de rejoindre la ville voisine à pied. Jocotenango est une version moins touristique d’Antigua. Pourtant la ville est colorée et est très agréable, à l’exception de la rue principale qui est assez passante (bus) et bruyante. L’église est kitsch à souhait. Sur la place principale, un homme à l’haleine chargée de vapeurs d’alcool et visiblement assez éméché nous aborde. Il nous entraîne dans l’église et nous inonde de détails sur les pratiques religieuses des habitants. La Semaine Sainte approche à grands pas et les préparatifs pour les festivités vont bon train.

Une fois libérés de notre compagnon aviné, nous allons visiter le Centre cultuel La Azotea (50Q) qui est à la fois une finca de café et un musée sur les costumes et la musique maya. Le centre est très fréquenté par les groupes de visiteurs étrangers. Si la partie concernant la culture et la transformation du café est intéressante, les salles consacrées à la musique et au textile sont vraiment sommaires.

À côté du Centre, le cimetière municipal vaut le coup d’oeil pour ceux qui, comme moi, aiment ce genre d’endroit. Je trouve fascinant de voir les différences culturelles jusque dans les coutumes funéraires.

L’après midi est magnifique et le ciel dégagé. Quand nous regagnons Antigua à pied, nous avons enfin la chance de voir le Volcan Agua dans toute sa splendeur.

Guatemala - Antigua - Paque Central et volcan Agua

[vc_text_separator title= »INFOS PRATIQUES » i_icon_fontawesome= »fa fa-info » i_color= »green » i_background_style= »rounded » i_background_color= »white » title_align= »separator_align_left » style= »dashed » border_width= »2″ add_icon= »true » el_class= »informations-header »]

Transport :

Pendant notre voyage nous n’avons pas été très aventuriers. Il faut savoir que les routes au Guatemala sont très mauvaises (énormes nids de poule, asphalte absente etc) et que chaque trajet est d’une longueur terrassante d’ennui.  Nous avons cédé à la facilité en privilégiant la rapidité à l’économie et en prenant des shuttles plutôt que les bus publics. Mais avec le recul, nous ne sommes même pas certains que cette option était vraiment plus rapide. Les shuttles ne font pas d’arrêt mais peuvent rouler assez lentement quand même.

Shuttle vers/depuis l’aéroport : environ 10-12$ USD (80-85Q)

Shuttle pour Guate + Bus de nuit Fuente del norte pour Flores : 300Q

Guatemala - Antigua - Chicken Bus

Où dormir ?

Hostal Impérial : Auberge de jeunesse assez moyenne. Seule la vue depuis la terrasse est intéressante. Cuisine pauvrement équipée.

Casa Léon : Maison familiale et chambres d’hôtes tranquilles (4 chambres), propriétaire charmante. Cuisine toute équipée, petit déjeuner offert, terrasse sur le toit. Seul bémol, la rue est un peu bruyante car les chicken bus passent par là mais rien qui ne gâchera votre séjour ici.

Où manger ?

Fonda de Calle real (5a Avenida Norte) : Touristique mais bonne cuisine.

Rincon tipico (3a Avenida Sur) : très économique en plus d’être bon. Choix de plats traditionnels comme le pepìan ou de grillades, accompagnés de tortilla, légumes et d’un rafraîchissement à volonté pour le prix unique de 30Q.

Gargotes :  Sur le parvis de l’église la Merced, s’installent, en particulier les samedis et dimanches, des gargotes où l’on peut manger pour une dizaine de Quetzal des tostadas, du mole de bananes plantains et autre cuisine de rue.

Ganache (Esquina de la Sexta Avenida Norte) : Pâtisserie chic pour se faire plaisir!

Toko Baru (5 Avenida Sur 1) : Cuisine indienne et asiatique pas chère.

El Viejo Café (6a Avenida Norte) : Boulangerie et café avec une belle cour intérieure.

Autres infos :

La quête de la Sainte-Poste

Pendant notre séjour, nous avons cherché des timbres pour envoyer des cartes à nos familles. Sachez que les services de postaux sont interrompus le temps qu’ils repassent du secteur privé au secteur public.

Dormir à l’aéroport, une mauvaise idée?

Notre vol de retour pour Montréal étant tôt le matin, nous comptions passer notre dernière nuit à l’aéroport comme nous le faisons assez souvent. Sachez que l’étage d’accès aux terminaux est fermé aux voyageurs sauf si vous avez un billet d’avion pour le jour même. Si votre vol est le lendemain il faut aller au premier étage de l’aéroport où il y a quelques tables et 2 cafés ouverts jusqu’à 23h max.

Nous l’ignorions mais, l’aéroport étant en pleine zone urbaine, il  y a des hôtels à 5 minutes en voiture de l’aéroport du côté des Colonias Reyna Barrios et Forestal. Pratique pour ceux qui partent tôt.

[vc_video link= »https://youtu.be/yLBU8bJAeoI »][vc_media_grid element_width= »3″ grid_id= »vc_gid:1491224459086-869b188a-e3b2-2″ include= »6578,6577,6573,6580,6579,6569,6570,6571,6572,6574,6575,6576,6584,6585,6586,6583″]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire !
Entrez votre nom ici